Une ambassade au pays de Google et consorts

C’est une de ces décisions qui passent le plus souvent inaperçues mais qui en disent beaucoup sur les mutations profondes qui remodèlent notre monde : le Danemark a récemment annoncé vouloir affecter un ambassadeur auprès des GAFA dans un futur proche.

© Le nouvel Économiste

Fin janvier, au cours d’une conférence de presse en apparence banale, le ministre des Affaires étrangères danois, Anders Samuelsen, s’est risqué à une confession bien surprenante en dévoilant le souhait du gouvernement d’envoyer un ambassadeur auprès des GAFA. Selon lui, « Google, Apple ou Amazon doivent être considérées comme des nouvelles nations avec lesquelles il faut donc entretenir des relations diplomatiques ». Une petite révolution, en somme.

.

GAFA – pour Google, Apple, Facebook, Amazon – est un acronyme usuellement employé pour désigner les géants du net. Si, de nos jours, leur poids économique est gargantuesque – la valeur boursière de Google rivalise avec le produit intérieur brut de l’Argentine -, il est en passe de se convertir en puissance politique. En effet, la décision du Danemark tend indubitablement à les considérer comme des interlocuteurs à part entière. Anders Samuelsen en est d’ailleurs convaincu : « Dans le futur, nos relations bilatérales avec Google seront aussi importantes que celles que nous entretenons avec la Grèce ». Bienvenue dans l’ère de la « techplomatie », la Grèce appréciera.

.

Résolument novatrice, cette prise de position marque un tournant dans le paysage des relations internationales classiques et inaugure des bouleversements d’une ampleur sans précédent. Assumant d’être un pionnier, le Danemark amorce une politique de rapprochement visant à tisser des liens plus étroits entre les entreprises concernées et les États. Au point d’intervertir les rôles ?

.

À l’heure qu’il est, de nombreuses interrogations demeurent sans réponse. En quoi consisteront les attributions et prérogatives du futur « ambassadeur-tech » ? Assurer un lien constant et pérenne semble être la première mission de ce poste encore sans précédent. En effet, si la France a déjà fait le choix d’instituer un ambassadeur pour la cyberdiplomatie et l’économie numérique rattaché au ministère des Affaires étrangères – poste actuellement occupé par David Martinon -, celui-ci se cantonne à la facilitation des négociations. À terme, les questions de la souveraineté de ces nouveaux États et de l’application du droit international public aux acteurs privés qu’ils continuent d’être par essence surgissent.

.

Surtout que derrière la symbolique naturellement associée à une telle décision, sa vocation économique réapparaît. Pour preuve, Apple et Facebook ont récemment implanté de gigantesques centres de données au Danemark.
.

Florian Izquierdo

1ère année Master IP/IT

MasterIPIT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *